Horloge biologique — Modèles de sommeil et de réveil

Jan 20, 2021 | NOUS VOUS INFORMONS |

Nous sommes sûrs que vous avez déjà entendu parler de l’horloge biologique. Il s’agit d’une sorte de dispositif de contrôle du temps inné que possède l’organisme. En fait, cette montre qui est présente dans tous nos organes et tissus, et est contrôlée par l’horloge principale appelée le noyau suprachiasmatique (NSQ) qui reçoit ses informations directement de nos yeux.

Les horloges biologiques produisent des rythmes circadiens, en plus de réguler leur programmation. Bien que la vérité soit que ces rythmes circadiens peuvent également être affectés par les signaux venant de notre environnement, comme peut être la lumière du jour, qui peut activer et désactiver les gènes qui contrôlent les horloges biologiques.

En fait, les changements lumière-obscurité peuvent réinitialiser, ralentir ou accélérer à la fois les horloges biologiques et les rythmes circadiens. Et cela, bien sûr, a également une grande influence sur nos habitudes de sommeil et d’éveil.

Le rythme circadien et les différentes fonctions corporelles

Les rythmes circadiens jouent un rôle important dans nos schémas de sommeil et d’éveil, mais aussi au niveau de nombreuses fonctions corporelles : sécrétion d’hormones, habitudes alimentaires, digestion, température corporelle…

En fait, ces horloges biologiques qui fonctionnent lentement ou rapidement peuvent produire des rythmes circadiens modifiés ou anormaux. Ces troubles ont été associés à plusieurs affections médicales chroniques telles que l’obésité, le diabète, les troubles du sommeil, la dépression ou les troubles affectifs saisonniers.

Le rythme circadien et les modèles de sommeil-veille

En plus de jouer un rôle clé au niveau de plusieurs de nos fonctions vitales, le rythme circadien est responsable de la gestion de nos schémas de sommeil et d’éveil. L’horloge principale ou noyau suprachiasmatique reçoit ses informations de la lumière qui pénètre par les yeux et qui se déplace à travers les nerfs optiques jusqu’au cerveau.

Quand il y a peu de lumière (comme la nuit, par exemple) ; ce noyau dit au cerveau de produire plus d’hormone du sommeil (connue sous le nom de mélatonine) pour que notre corps ressente le besoin d’aller dormir.

Il faut donc faire très attention lorsque nous allons au lit avec nos téléphones mobiles ou autres la nuit. L’exposition à ce type de lumière la nuit peut modifier les rythmes circadiens et les schémas veille-sommeil.

Il en va de même pour le travail en équipe. Plus particulièrement, les personnes qui travaillent en équipe de nuit peuvent subir des changements dans leurs schémas veille-sommeil, ainsi que dans leurs rythmes circadiens en général.

Problèmes de sommeil liés aux schémas veille-sommeil

Lorsque notre corps souffre d’un « décalage horaire » et que notre production d’hormone du sommeil (mélatonine) est affectée, cela peut être la cause de plusieurs problèmes. Notamment :

Changements dans les horaires de sommeil

L’horloge interne du corps doit être réinitialisée à certaines occasions. L’une d’elles est lorsque nous travaillons la nuit et dormons durant la journée. Cela peut parfois être compliqué, en particulier pour les personnes qui ont des quarts de travail rotatifs ; ou qui travaillent directement la nuit et qui peuvent être fatigués la nuit lorsqu’ils doivent travailler, ou très éveillés le jour lorsqu’ils doivent dormir.

Décalage horaire (jet lag)

Ce terme vous semble sûrement familier. Aussi connu sous le nom de « trouble du décalage horaire », le décalage horaire est un problème de sommeil temporaire qui peut affecter toute personne qui voyage à travers plusieurs fuseaux horaires, généralement par avion. Il s’agit d’un décalage de nos schémas de sommeil et d’éveil dû à ce voyage.

Maladies

Certains problèmes de santé ou certaines maladies peuvent affecter les habitudes de sommeil. Parmi elles, on trouve la dépression ou la démence, par exemple. Les personnes qui souffrent de ces types de problèmes peuvent voir leur repos affecté.

L’ambiance au moment du coucher

Bien que cela puisse sembler peu important, la réalité est que trop de lumière ou trop de bruit peut donner à notre corps l’impression que ce n’est pas le moment de dormir. N’oubliez pas de baisser les stores !

Séquelles de la drogue et de l’alcool

Aussi bien l’alcool que certaines drogues peuvent causer des problèmes de sommeil. Bien que nous ne le remarquions peut-être pas, il est assez fréquent que les drogues et l’alcool nous empêchent de nous reposer correctement.

En bref, comme vous pouvez le voir, nos habitudes de sommeil-veille peuvent facilement être modifiées à plusieurs reprises. De ce fait, il est si important d’avoir des horaires aussi stables que possible, afin d’éviter des problèmes à l’avenir : rappelez-vous que se reposer est la clé de notre santé !