Pourquoi bâille-t-on?

Avr 30, 2020 | NOUS VOUS INFORMONS |

« Nous pouvons envoyer un homme sur la lune, mais nous ne comprenons pas pourquoi nous bâillons”. Cette phrase si exacte et paradigmatique a été prononcée par Gary Hack, un scientifique de l’université du Maryland. Un geste, encore incompris, qui continue de faire l’objet d’élucubrations de la part d’experts dans différents domaines comme celui de l’odontologie, spécialité de Hack lui-même.

Le bâillement est si naturel que si vous réfléchissez une seconde, vous vous souviendrez que lorsque vous avez été près d’un bébé, vous l’avez vu pleurer, manger…et bâiller. Si un nouveau-né arrive dans ce monde en pleurant, à partir du moment où la sage-femme aura pu le rassurer, son second geste sera celui du bâillement. Quelque chose qu’il fera non seulement à cette période précoce, mais aussi tout le reste de sa vie.

Alors pourquoi on bâille ? Quel est le but de cet acte que nous partageons avec certains animaux comme les chiens, les lions, les chats ou même les rhinocéros ?

Des dizaines d’études et c’est encore un petit grand mystère pour l’humanité

Bien que ce bâillement soit largement répandu et intériorisé, on ne sait pas encore avec certitude non seulement les raisons de son action, mais aussi l’objectif même de son action. Bien qu’il y ait des théories et des causes plus ou moins acceptées, la seule vérité est que nous le partageons avec d’autres espèces, nous le faisons dès le moment de notre naissance et c’est quelque chose qui se répète surtout à la première et dernière heure de la journée.

Différentes enquêtes, après une étude observationnelle de groupes de personnes, ont conclu que l’heure à laquelle nous bâillons le plus était la première de la journée. Et bien sûr, en deuxième position se trouvait celle qui précédait le moment de nous mettre au lit pour dormir.

Le fait que quelque chose de si naturel et quotidien dispose d’autant de littérature scientifique est déjà assez curieux en soi. En fait, jusqu’aux années 80, l’explication avancée par les chercheurs était que le bâillement n’était rien d’autre qu’une réaction à la privation d’oxygène. En bâillant, nous pouvions introduire beaucoup d’air dans le corps et augmenter le niveau de celui-ci dans notre sang. Toutefois, cette hypothèse n’a pas survécu aux années 80 parce qu’elle a été écartée en 1987 à la suite d’expériences publiées.

Ce qui est vrai, c’est que le bâillement, indirectement, remplit une double fonction d’oxygénation et de rafraîchissement de notre cerveau, ce geste naturel nous maintient en alerte. Quelque chose qui expliquerait pourquoi nous le partageons avec quelques animaux. Encore une fois, l’instinct de survie explique tant de choses.

D’autres études ont mis l’accent sur des domaines aussi divers que la sexualité (peu de bâillements indiquent que cette personne a peu de rapports sexuels), le degré d’intelligence ou même la capacité empathique des êtres humains. La fréquence de la contagion du bâillement est déterminée par la proximité que nous avons avec la personne qui bâille. En d’autres termes, il sera plus important s’il se produit entre membres de la famille que s’il se produit avec des amis ou, bien sûr, des inconnus. Et les coupables ” de cela seraient des neurones miroirs.

Quoi qu’il en soit, il est agréable de penser qu’au niveau biologique, il y a toujours un halo de mystère. Quelque chose de si banal et naturel que nous partageons avec tant d’espèces. Et pendant qu’ils continuent à enquêter sur les raisons de cette action, nous continuerons à bâiller quand nous serons fatigués, quand nous nous réveillerons après un confortable sommeil de huit heures, quand la nouvelle série à la mode nous ennuiera, quand nous serons anxieux, quand nous aurons faim ou lorsque nous sommes nerveux devant un fait que nous ne croyons pas dominer complètement.