Pourquoi l’hiver affecte-t-il notre repos ?

Jan 18, 2021 | NOUS VOUS INFORMONS |

La baisse drastique des températures, au point d’atteindre des niveaux négatifs dans certaines parties du pays et l’allongement des nuits (beaucoup plus longues que le reste de l’année) ; peut nous amener à penser que c’est la meilleure période pour dormir. Cependant, nous parlons d’une saison qui sous certains aspects peut provoquer tout le contraire. Nous pouvons éprouver des problèmes de conciliation du sommeil et des difficultés à bien dormir la nuit. Pourquoi l’hiver affecte-t-il notre repos ?

Quelles sont les raisons qui font que l’hiver peut affecter notre repos ?

L’un des plaisirs les plus simples et les plus économiques qui soient pour l’être humain se produit à cette période de l’année. Avoir envie de dormir. Pourquoi l’hiver a-t-il une telle influence sur nos cycles de sommeil ? Alors comment se fait-il que plus nous avons envie de dormir, moins nous parvenions à passer une bonne nuit de sommeil ?

Bien que la réalité absolue n’existe pas, certaines raisons pouvant entrainer l’apparition de crises d’insomnie peuvent se manifester pendant l’hiver ou, tout au moins, d’une baisse de la qualité de notre repos. Des facteurs externes (et très évidents) tels que certaines conditions climatiques peuvent perturber certains de nos processus les plus naturels.

Nous recevons moins de lumière du soleil

Bien qu’à la fin du mois d’août nous puissions déjà remarquer que les journées raccourcissent fortement, le vrai déclencheur de cette sensation et provoqué par le changement d’heure que nous effectuons en octobre. À partir de ce jour, le nombre d’heures de lumière naturelle que nous recevons est considérablement réduit. Ce facteur externe est à l’origine de la suppression de la libération de la mélatonine, l’hormone qui nous avertit que le moment est venu d’aller dormir.

En hiver, avec la diminution des heures d’ensoleillement, notre corps perd un peu cette notion de distinction entre le jour et la nuit. Cela crée une situation quelque peu contradictoire dans laquelle, d’une part, nous ressentons un désir accru de dormir, et d’autre part, la conciliation du sommeil peut être affectée. Par ailleurs, ce manque de lumière solaire modifie également notre humeur, et provoque une augmentation significative de l’apparition de troubles psychiatriques comme la dépression ou l’anxiété.

Nous subissons trop de changements brusques de température

Au début de l’hiver et avec l’apparition du froid. Nous ressortons nos vêtements les plus chauds de nos placards et nous ouvrons même le lit coffre pour remplacer les jeux de draps plus frais par les couettes nordiques, les édredons et les couvertures. À la maison, nous avons rallumé le chauffage et poussé la température ; alors qu’au travail il y a toujours un collègue qui joue avec le thermostat de la climatisation comme si c’était la manette d’une console de jeux vidéo.

Ces variations continues de température provoquent une oscillation qui peut arriver à interrompre le processus naturel conciliatoire du sommeil de notre organisme. Si, en règle générale, notre corps se refroidit quand nous dormons, nous l’avons soumis toute la journée à des changements si brusques que cela peut altérer notre cycle du repos. Par ailleurs, il est bien connu que l’hiver soit synonyme de rhume ou de grippe, ce qui peut aussi altérer notre sommeil.

Nous sommes soumis à un niveau de stress plus élevé

Bien que nous soyons exposés tout au long de l’année à des scénarios qui peuvent nous entrainer l’apparition de plus de stress et d’anxiété (conciliation familiale, projets de travail…) ; en hiver, toutes ces situations peuvent aussi être présentes. Et en plus comme il s’agit de la saison  la plus éloignée de l’été; notre rythme de vie atteint son apogée, provoquant ainsi un stress qui va indubitablement nuire à notre sommeil et à notre repos.

Nous faisons l’erreur de ne pas garder une alimentation saine et équilibrée

Après l’opération bikini mise en place pour aborder l’été avec le look idéal, la saison estivale commence, et avec elle son défilé de célébrations et de dîners copieux et une plus grande consommation d’alcool. Un relâchement qui peut trouver son paroxysme en hiver, et auquel nous pouvons ajouter une autre cause qui est le désalignement des repas. Comme nous avons l’excuse du froid, nous pouvons tomber dans la tentation de manger plus de glucides que nécessaire. Tout cela associé à une diminution de l’activité physique (car le froid nous enlève l’envie de faire du sport),   peut provoquer aux dormeurs un sommeil agité.