Maternité : les conséquences de ne pas dormir

Avr 8, 2021 | ENFANTS, NOUS VOUS CONSEILLONS |

La maternité est une étape de la vie pleine de satisfactions qui implique à la fois un grand effort physique et mental. L’arrivée d’un enfant change nos habitudes, et ce n’est pas pour rien. Tout se met à tourner autour des besoins du bébé et, que nous le voulions ou non, nos habitudes quotidiennes peuvent être complètement modifiées.

Les premiers mois de la vie de nos enfants peuvent être épuisants. Entre, coliques du nourrisson, les tétées qui se suivent et les changements de couches, nous avons des journées bien remplies, et peu de temps pour nous consacrer à beaucoup d’autres choses. Et comme si cela ne suffisait pas, le principal problème survient généralement la nuit en raison des réveils continus occasionnés par les jeunes enfants.

Quoi qu’il en soit, il est essentiel de ne pas perdre son sang-froid, car il s’agit d’une circonstance temporaire. Par conséquent, il est conseillé de suivre une série de directives pour éviter autant que possible les complications que cette étape entraîne.

Conséquences de ne pas dormir la nuit

Passer la nuit éveillée est la tendance générale qui se produit généralement pendant les premiers mois de la vie des tout-petits. Ainsi, ce que l’on appelle le baby lag (Baby blues) est l’effet de la perte de sommeil due à la nécessité de prendre soin des bébés.

Fatigue et irritabilité

Dormir de moins en moins la nuit est quelque chose qui affecte régulièrement les adultes confrontés à la maternité. Nous perdons en moyenne environ de 400 à 700 heures de sommeil par enfant et par an. C’est ainsi que ne pas dormir pendant au moins six heures par jour entraîne des problèmes de fatigue, d’irritabilité et d’épuisement.

Pour cette raison, pendant la période de congé maternel ou paternel, il convient de s’adapter à leur horaire. Il faut donc essayer de se reposer le plus d’heures possible afin de pouvoir affronter la nuit avec le maximum d’énergie. Pour ce faire, la bonne stratégie est de profiter des siestes que font les bébés tout au long de la journée pour les imiter nous-mêmes.

 Comment choisir le Topper parfait qui correspond à mes besoins ?

Maintenant que vous savez quels sont les matériaux disponibles pour votre nouveau surmatelas, il est temps de choisir lequel sera le vôtre en fonction de vos préférences.

Transpirabilité

La transpirabilité est la capacité du surmatelas, à laisser la vapeur d’eau le traverser afin que vous ne soyez pas affectée par votre transpiration. Si vous recherchez un surmatelas hautement respirant, la meilleure chose à faire est d’acheter un surmatelas d’Oxicell, qui permettra à la chaleur de ne pas s’y accumuler.

Adaptabilité

L’adaptabilité est la capacité du surmatelas à s’adapter aux mouvements et à la forme de votre corps au repos. Si vous souhaitez une augmentation de cette adaptabilité pendant votre repos, le mieux est d’opter pour un surmatelas en mousse viscoélastique ou en Omnitremp. Ceux-ci peuvent vous offrir l’adaptabilité dont votre matelas a besoin sans avoir à l’échanger contre un nouveau. Bien entendu, tant que celui-ci est en bon état.

Fermeté

La fermeté est-ce que l’on appelle communément la dureté du matelas. Si ce que vous recherchez, c’est que votre lit soit plus souple, il est préférable d’opter pour un surmatelas de fermeté moyenne à faible, comme le surmatelas en latex. Si, par contre, vous recherchez un matelas un peu plus dur, la meilleure chose à faire est d’acheter un surmatelas de fermeté moyenne à haute, comme celui en Oxicell.