Troubles du sommeil en hiver

Jan 14, 2021 | NOUS VOUS INFORMONS |

Les changements de saison peuvent affecter notre humeur et notre corps à la fois positivement et négativement. Plus précisément, pour de nombreuses personnes, il est difficile de faire face aux saisons les plus froides de l’année et elles peuvent même souffrir de troubles du sommeil en hiver. Voici quelques-uns de ces troubles les plus courants. Certains d’entre eux vous sembleront peut-être familiers ?

Troubles du sommeil pouvant apparaître en hiver

1. Troubles affectifs saisonniers (TAS)

Les troubles affectifs saisonniers font référence aux changements d’humeur plus précisément liés à certaines périodes de l’année. Plus exactement, pendant les mois d’hiver, des altérations de l’humeur peuvent se produire plus fréquemment. Il faut dire qu’en hiver les jours raccourcissent, il fait noir plus tôt et les températures sont plus fraiches et les précipitations sont plus fréquentes et importantes.

Le froid, associé au manque de lumière, peut avoir une influence négative sur la qualité du repos ainsi que sur l’humeur de nombreuses personnes. Bien que les causes exactes du TAS ne soient pas encore connues, les experts l’associent à un déséquilibre des niveaux de sérotonine et de mélatonine.

2. Insomnie

C’est le trouble du sommeil le plus fréquent dans la population en général, et manifeste sa présence en particulier chez les femmes, les séniors et les personnes ayant des problèmes psychologiques tels que l’anxiété et la dépression. Elle consiste en une réduction de la capacité de dormir et peut se manifester de diverses manières qui conduisent à différents types d’insomnie. Ici, nous allons mettre en évidence certains des plus fréquents :

  • Insomnie d’apparition ou insomnie précoce : La personne rencontre des difficultés à trouver le sommeil en moins de 30 minutes.
  • Insomnie d’entretien : Ce manifeste par l’apparition de difficultés à rester endormie. Elle produit des réveils nocturnes de plus de 30 minutes, ou au fait de se réveiller définitivement trop tôt, cela entraîne un manque d’heures de sommeil.
  • Insomnie due à une mauvaise hygiène du sommeil : Elle est associée à des activités qui se déroulent pendant la journée ; qui sont souvent des occupations qui empêchent une bonne qualité de sommeil pendant la nuit (consommation de chocolat ou de caféine, activité physique intense ou utilisation d’ordinateurs, de consoles ou de téléphones mobiles).

Bien que le nombre d’heures de sommeil nécessaires varie d’une personne à l’autre, la moyenne quotidienne est de 7 heures et demie à 10 heures, ces valeurs étant considérées comme normales et saines.

3. Syndrome des jambes sans repos (SJSR)

Ce syndrome est caractérisé par la nécessité urgente de bouger les jambes pendant le sommeil, ce qui dans de nombreux cas est associé à une impression désagréable. C’est un trouble qui peut provoquer une sensation de fatigue le lendemain. Les causes exactes de son origine ne sont pas encore connues, bien qu’il semble y avoir une certaine prédisposition familiale.

4. Syndrome de retard de phase du sommeil

Ce syndrome suppose une perturbation du rythme de sommeil de notre horloge interne (rythme circadien), le rythme du sommeil peut être retardé de deux heures ou plus par rapport à un schéma conventionnel. Elle se caractérise par l’apparition de l’insomnie au moment d’aller se coucher et par la difficulté à se réveiller chaque matin à une heure fixe ; ce qui finit par entraîner un phénomène de somnolence pendant la journée.

Les personnes qui en souffrent peuvent manifester des signes de fatigue diurne, de mauvais résultats scolaires ou professionnels et des troubles pouvant aller jusqu’à un manque de concentration et des sautes d’humeur.

L’importance de bien se reposer

Que se passe-t-il si nous ne dormons pas suffisamment ? Tout d’abord, nous pouvons être de mauvaise humeur, quelque peu irritable et plus pessimiste. Une mauvaise nuit modifie notre humeur parce que notre cerveau est fatigué et notre corps n’a pas eu le temps de récupérer des efforts de la veille. Par ailleurs, les cellules de notre corps ne se régénèrent pas bien à cause du manque de repos et cela peut provoquer une sensation de malaise, comme lorsque nous incubons un rhume.

Tout le monde peut passer une mauvaise nuit, mais lorsqu’il s’agit d’une accumulation réitérée de semaines de manque de sommeil, la mauvaise humeur apparaît comme étant un moindre mal. Cette situation peut provoquer une augmentation des hormones du stress (adrénaline et cortisol) dans le sang, ce qui peut faire monter la pression artérielle. Les rythmes cardiaques se déséquilibrent et le système immunitaire commence à s’affaiblir. Cela peut entraîner des épisodes d’anxiété et de détresse. En fait, lorsque l’on ne dort pas suffisamment, on peut même souffrir d’hallucinations et ne pas dominer nos pensées.

Pour conclure, il est important de souligner que dormir les heures dont nous avons besoin n’est pas l’unique clé qui nous évitera de souffrir de troubles du sommeil en hiver. Notre matelas jouera aussi un rôle crucial. Bien que l’achat d’un matelas puisse sembler au premier abord être une dépense élevée. Nous devons penser qu’il s’agit d’un investissement à long terme, puisque la durée de vie d’un matelas est de 8 à 10 ans en moyenne. N’oubliez pas : investir dans le repos signifie investir dans la santé.